Publication : vendredi 9 décembre 2011

Mosquee Halluin

 

Sermon du : 2011/12/09

Lieu : Mosquée Tawhid - Halluin

Thème du Sermon : Houssayne chez les gens de la sounnah et de la jama3a

 

 

 

 

 

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

 

1ère Partie

 

Ô musulmans! Etant donné que nous voyons et entendons bien des choses à travers les différents médias chaque année au moment de Achoura. On nous montre du sang qui coule à cette occasion, des cris, des lamentations, des vêtements qu'on arrache, des joues qu'on gifle. On fait des poèmes, des rimes, à travers lesquels on se lamente, on revendique le deuil, on menace et profère des avertissements à l'encontre de ceux qui ont assassiné le martyr. Des cris et des appels au secours. Certains vont jusqu'à se frapper la tête en se lamentant et appelant Houssayne.
Ce sont des scènes répétitives que les chiites rafidite renouvellent chaque année à cette occasion pour se remémorer la mort en martyr de Houssayne Ibn Ali qu'Allah les agrée tous deux. Et puisqu'à travers les médias ce genres d'images et de scènes se propagent et entrent dans toutes les demeures, j'ai choisit comme sujet de notre prêche Houssayne Ibn Ali.
Qui est Houssayne fils de Ali? Et pour quelle raison a-t-il été assassiné? Qui sont ses assassins? Et quelle est la position des gens de la sounnah et de la jama3a de ces événements?
Commençons par le début, c'est-à-dire par la naissance de Houssayne Ibn Ali. En effet Lorsque Fatima la fille du Prophète (
r) mis au monde Houssayne le Messager (r), réjouit de cette bonne nouvelle, s'empressa de se rendre au chevet de Fatima. Le Prophète (r) entra chez sa fille et il prit entre ses bras cet enfant (Houssayne) puis il prit une datte qu'il mâcha et mélangea à sa salive bénie qu'il utilisa ensuite pour frotter les gencives de l'enfant. Puis le Prophète (r) se tourna vers Ali et il lui demanda "comment as-tu appelé cet enfant?". Il dit "j'ai choisit de l'appeler Jaafar". Le Prophète (r) dit alors "appelle le plutôt Houssayne". Le Prophète (r) choisit ainsi un nom qui n'était pas commun à l'époque. Lorsque Houssayne atteint sept jours le prophète(r) sacrifia deux béliers.
Cet enfant grandit au sein de la demeure du prophète et il s'y développa. Cette demeure à propos de laquelle Allah a dit "Allah veut faire partir de vous les gens de la demeure (du prophète (
r)) la souillure et Il veut ainsi vous purifier". Ainsi le cœur de Al-Moustapha (l'établit) (r) se remplit d'amour et de miséricorde pour cet enfant à un tél point qu'il le surnommait "rayhanati" qui veut dire ma rayhannah (rayhanah en arabe désigne une plante).
Le Prophète (
r) aimait tellement cet enfant qu'il ne supportait pas d'entendre ses pleurs. Un jour le Prophète (r) passa à côté de la porte de Ali et il l'entendit pleurer, il (r) dit alors "ô Fatima ne sais-tu pas que ses larmes me font mal" (rapporté par Al-Haythami avec une chaîne de transmission interrompue).
Après que Houssayne grandit un peu ses petits pas l'amenaient jusqu'à la mosquée puisqu'il habitait à quelques pas de celle-ci. Il aimait se rendre souvent à la mosquée pour y voir son grand-père le Prophète Mohammad (
r). Cet enfant fut très attaché à son grand père, dès qu'il entendait sa voie il accourait vers lui (r) pour s'amuser avec lui (r) et être comblé de l'affection paternelle que savait procurer le Prophète (r) à ses petits enfants. Les livres de la sounnah authentique nous ont raconté qu'alors que le Prophète (r) faisait un prêche à ses compagnons ses deux petits enfants (Hassan et Houssayne) étaient entrés vêtus tous deux de vêtements rouges un peu trop longs et dans lesquels ils trébuchaient. Le Prophète (r) ne put se contenir car il est aussi un homme parmi les hommes. Il interrompu donc son prêche et descendit de sa chair, il (r) se dirigea vers eux et les prit dans ses bras et il (r) remonta sur sa chair en leur compagnie. Le Prophète (r) dit alors "Allah a dit vrai lorsqu'Il a dit "vos biens et vos enfants ne sont que tentations", en effet lorsque je les ai vu je n'ai pu me contenir". On raconte aussi que Houssayne entra dans la mosquée et le prophète (sw) était en prière. Houssayne monta sur son dos alors qu'il (r) était en prosternation et le prophète allongea et fit durer la prosternation pour ne pas empresser son petit fils.
Un jour le Prophète (
r) sortit et il trouva Houssayne en train de s'amuser. Il (r) se dirigea vers lui et il tendit ses bras pour le prendre. Et Houssayne tentait de se cacher pour s'amuser et il en riait et le Prophète (r) entra dans son jeu et continua à le faire rire. Enfin lorsqu'il (r) finit par le prendre il dit "Houssayne est de moi et je suis de lui. Allah aime celui qui aime Houssayne" (rapporté par Tirmidh, Ibn Majah, authentifié par Ibn Hibban et jugé bon par Albani).
Il suffit comme honneur et privilège pour Houssayne d'entendre que le Prophète (
r) a dit à propos de lui et de son frère "Hassan et Houssayne sont les maîtres des jeunes gens du paradis" (rapporté par Tirmidhi avec une chaîne de transmission authentique).
L'imam Shafi3i faisait des rimes en disant "Ô vous les gens de la demeure du prophète, vous aimer est pour nous une obligation révélée par Allah dans le Coran. Il vous suffit comme immense gloire et honneur que celui qui ne vous salue pas n'a point de salut".
Avant que le Messager d'Allah (
r) quitte ce monde, il (r) n'oublia pas de faire ses adieux à ses deux petits enfants en les embrassant avec insistance et affection puis il recommanda ceux autour de lui de bien agir avec eux.
Houssayne avait six ans lorsque son grand-père, le Prophète Mohammad (
r) mourut et il fut touché d'une grande tristesse. A peine six mois passèrent après ce malheur pour que cet enfant soit touché d'un autre malheur, le décès de sa mère Fatima qu'Allah l'agrée.
Houssayne vécut après le décès du Prophète (
r) une vie honorable puisque les compagnons l'honoraient pour honorer le Prophète (r) et ils l'aimaient parce qu'ils aimaient le Prophète (r). Et comment il en serait autrement alors que Houssayne était celui qui ressemblait le plus au Prophète (r). Abou Bakr qui avait 60 ans affectionnait particulièrement Houssayne. Lorsqu'il le voyait il accourait vers lui et lui souriait. Les yeux d'Abou Bakr se sont un jour remplis de larmes alors qu'il disait à Ali "je jure par Allah que je préfère les liens de parenté du Prophète (r) plutôt que de renforcer les miens". Quant à Omar qu'Allah l'agrée, il respectait Houssayne et lui faisait honneur. Comment pourrait-il faire autrement alors que Houssayne était le beau-frère de Omar puisque Omar se maria avec la fille de Ali (Oummou Koulthoum) c'est-à-dire la sœur de Houssayne.
Les musulmans libérèrent l'empire Perse et on amena la fille de Yazdajir (l'empereur Perse) qui fut faite prisonnière. On l'amena à Omar et elle était une femme très belle. Omar ne la garda pas pour lui ni pour l'un de ses proches mais il la proposa à Houssayne qui se maria avec elle et ils eurent ensemble le célèbre Ali fils de Houssayn qui sera surnommé par la suite Zayne Al 3abidine.
Puis arriva le règne de Othman qui préserva les honneurs qui devaient être faits à Houssayne. Othman était très attaché à Houssayne puisque c'était entre autre l'un de ses proches puisqu'il avait été marié à deux tantes maternelles de Houssayne (Roqayya et Oummou Koulthoum) c'est-à-dire les deux filles du Prophète Mohammad (
r).
Houssayne vécu aussi sous les honneurs pendant le règne de Mou3awiya Ibn Abi Soufyane puisque ce dernier envoya de grands dons à Hassan et Houssayne. Houssayne eut l'honneur de faire partie de l'armée qui fut envoyée par Mou3wiya pour libérer la ville de Constantinople (appelée actuellement Istanbul). Le Prophète (
r) avait d'ailleurs dit à propos de cette armée "la première armée qui combattra la ville de l'empereur romain leurs péchés leur sont pardonnés" (rapporté par Boukhari dans l'authentique).
Et ainsi était également l'amour qu'éprouvaient tous les autres compagnons pour Houssayne. Lorsque Houssayne voulait monter sur sa monture le compagnon lui tenait ses étriers et il considérait cela comme un honneur pour lui. Le compagnon Amr Ibn Al 3ass vit un jour Houssayne qui marchait à côté de la Kaaba et il dit en parlant de Houssayne "il est l'homme sur terre le plus aimé par les résidents du ciel".
Mes frères et sœurs de foi! En l'année 60 de l'hègire on prêta serment d'allégeance à Yazid Ibn Mou3awiyah et Houssayne fut affecté par cette allégeance parce qu'il considérait qu'il y avait des individus qui étaient plus dignes de cette allégeance. Il refusa donc de lui prêter serment d'allégeance et il laissa les gens faire ce qu'ils veulent. Il resta à proximité de La Mecque pour se consacrer à l'adoration d'Allah.
Cependant les habitants de Al-Koufa (en Irak) entendirent que Houssayne Ibn Ali n'avait pas prêté serment d'allégeance à Yazid. Les gens de Koufa étaient connus à travers leur histoire pour être des gens de la discorde et de la division. Ils montraient qu'ils prenaient le parti pour Ali et ceux qui étaient avec lui. Ils se sont donc mis à envoyer des lettres à Houssayne pour le convaincre qu'on lui prête serment d'allégeance à lui. Les lettres qui allaient dans ce sens se succédèrent à un tél point qu'on en dénombra plus de cinq cents. C'est là que Houssayne prit la décision d'envoyer son cousin Mouslim Ibn Aqil pour s'assurer de l'authenticité de ces lettres et la sincérité de leurs contenus. Mouslim Ibn 3aqil arriva à Koufa et il y trouva les gens ne réclamant que Houssayne. Il commença donc à leur faire prêter serment d'allégeance pour Houssayne dans la demeure de Hani Ibn 3orwah et selon les différents chiffres historiques, il y eut 18000 individus qui prêtèrent serment d'allégeance ou 30000 selon d'autres références. Mouslim Ibn 3aqil envoya donc une lettre à Houssayne dans laquelle il lui dit "viens donc car les gens t'ont prêté serment d'allégeance". Cette information fut transmise à Yazid Ibn Mou3awiyah à Damas. Il ordonna à son préfet à Bassora Oubayd-Allah Ibn Zyad d'imposer son autorité préfectorale en plus de Bassorah à Koufa. Il lui ordonna également d'empêcher les habitants de Koufa de se révolter contre lui avec Houssayne. Yazid ne demanda jamais de tuer Houssayne et il n'a jamais été établit qu'il donna cet ordre mais son ordre consistait à empêcher Houssayne d'arriver à la ville de Koufa où les gens lui avaient prêté serment d'allégeance. Mouslim Ibn 3aqil l'émissaire de Houssayne su qu’Oubayd-Allah Ibn Zyad voulait imposer son autorité préfectorale à la ville de Koufa. Mouslim Ibn 3aqil, avec des milliers d'hommes parmi ceux qui avaient prêté serment d'allégeance, partirent pour assiéger Oubayd-Allah Ibn Zyad dans son palais. Quant à Oubayd-Allah Ibn Zyad avec sa ruse il su comment agir et semer la division entre les gens de Koufa qui étaient venu l'assiéger. Il envoya aux chefs des tribus à Koufa des sommes assez conséquentes pour trahir Houssayne et Mouslim Ibn 3aqil. Les adorateurs des richesses quittèrent Mouslim Ibn 3aqil un à un et il finit par se retrouver tout seul. Oubayd-Allah Ibn Zyad s'empara de Mouslim Ibn 3aqil et ordonna qu'on le tue. Mouslim Ibn 3aqil demanda à écrire une lettre à Houssayne pour l'informer de la trahison des gens de Koufa. Il lui écrivit donc ceci "retourne avec tes proches ne te laisse pas dupé par les gens de Koufa car ils m'ont mentit et t'ont mentit".
Quant à Houssayne, il n'avait aucune connaissance de ce qui était advenu de Son cousin (Mouslim Ibn 3aqil). Il était en route avec soixante dix personnes parmi ses proches pour Koufa en pensant qu'on lui avait prêté serment d'allégeance. Il est partit de La Mecque et personne ne l'égalait sur terre à cette époque. Il était accompagné de soixante dix personnes parmi lesquels ses enfants ses frères et les enfants de ses frères. Les compagnons ont tenté de dissuader Houssayne de partir pour Koufa mais ils échouèrent. Abdollah Ibn Omar le rattrapa après trois nuits en lui demandant "où vas-tu ainsi?". Il répondit "je pars pour Koufa et voici d'ailleurs leurs lettres et leurs allégeance". Ibn Omar lui dit "ne les rejoins pas!" mais Houssayne refusa. Lorsque Ibn Omar vu que Houssayne insista et qu'il refusait catégoriquement de faire marche arrière Ibn Omar le prit dans ses bras et il lui dit "je te confie à Allah".
Houssayne continua donc sa route pour l'Irak et avant d'y arriver on le mit au courant de la mort de son émissaire Mouslim Ibn 3aqil. Il voulait donc repartir mais les enfants de Mouslim Ibn 3aqil qui étaient avec lui demandèrent vengeance pour leur père et finalement il accepta leur requête. Oubayd-Allah Ibn Zyad, quant à lui, envoya ses armées pour empêcher Houssayne et les siens d'arriver à Koufa. Ils se rencontrèrent à Kerbala le 10 du mois de Mouharram qui correspond au jour de Achoura. Houssayne était donc avec 70 des siens alors que Ibn Zyad avait envoyé une armée de 5000 hommes qui étaient sous les ordres de Shamir Ibn Dhil-Jawsham et Omar Ibn Saad. 5000 contre 70. Houssayne avait bien compris que le combat ne pouvait être égal, il demanda donc à l'armée adverse de lui laisser faire une requête parmi trois propositions, soit qu'on le laisse retourner là d'où il est venu, soit qu'il se dirige vers un front où les musulmans sont en jihad pour les aider, soit qu'on le laisse aller à Damas auprès de Yazid au Shem (Syrie actuelle). Shamir qui la veille prenait le parti de Ali refusa toutes les propositions faites par Houssayne. Il refusa toutes les propositions de Houssayne et exigeait de le ligoter tél un vulgaire prisonnier et le traîner auprès de Oubayd-Allah Ibn Zyad ou qu'il combatte pour l'en empêcher. Houssayne dit "non par Allah jamais je ne me soumettrais pas à Oubayd-Allah Ibn Zyad".
Les deux armées se mirent donc en rang pour le combat. A ce moment Houssayne leva ses mains vers le ciel invoqua Allah contre les habitants de Koufa en disant "Ô seigneur si tu leur permets de vivre encore un certains temps fasse qu'ils se divisent et se déchirent en plusieurs groupes et fasse qu'aucun leader ne soit jamais satisfait d'eux parce qu'ils ont fait appel à nous pour les secourir puis ils se sont retournés contre nous pour nous tuer". L'affrontement débuta et ce fut un jour très difficile pour Houssayne qui voyait les membres de sa famille tomber les uns après les autres jusqu'à ce qu'il se retrouva seul. Shamir s'avança et lui lança sa lance qui atteignit son cou puis il le poignarda et Houssayne tomba en martyr qu'Allah l'agrée. Son âme pure rejoignit son seigneur.
Ainsi fut tué le maître des musulmans à son époque, la rayhanah du Prophète (
r), l'ascète, l'adorateur, le promis au paradis. Allah dit "et ne pense pas qu'Allah est inattentif aux actions des injustes, Il leur accorde un délai jusqu'au jour où leurs regards se figeront". Allah se vengea des assassins de Houssayne et tous ceux qui tuèrent Houssayne moururent de la pire des manières.


2ème Partie

 

Après ce résumé de l'assassinat de Houssayne il nous reste à savoir qui l'a tué? Sont-ce les gens de la sounnah ou la tribu de Béni Oummeya?

La vérité que chacun doit comprendre et assimiler c'est que les assassins de Houssayne sont en fait les habitants de Koufa. Et afin qu'on ne nous accuse pas d'accuser sans preuve ou qu'on ne prétende pas que ce que nous disons n'est que pure folie, nous allons faire parler les livres des chiites pour qu'ils nous confirment que ce sont bien ceux qui ont fait appel à Houssayne qui l'ont ensuite tué pour ensuite faire tomber des larmes sur son corps et se lamenter. Dans le livre intitulé "les notables chiites" écrit par un de leur maître Mouhsin Al-Amine, il dit "20000 parmi les gens d'Irak ont prêté serment d'allégeance à Houssayne puis l'ont trahit et se sont révoltés contre lui et l'ont tué alors qu'ils lui avaient prêté serment d'allégeance". Ils attestent donc bien que ce sont ceux qui l'ont appelé et prêté serment d'allégeance qui l'ont trahit pour le tuer. Le Mouhadith des chiites, Abbas Al-Qommi a dit dans son livre mountahal amal (le summum des espoirs) "les lettrres d'allégeance se sont succédées auprès de Houssayne à un tél point qu'il en reçut en une seule journée six cent". L'historien chiite Al-Yaacoubi raconte que lorsque le dernier vivant parmi les enfants de Houssayne (Zayn Al 3abidine) entra à koufa il trouva des femmes qui pleuraient et se lamentaient à son arrivée; il s'exclama (ironiquement) "si ce sont eux qui nous pleurent et pleurent nos morts qui donc nous a tué?".
Les gens de la sounnah et de la jama3a considèrent l'assassinat de Houssayne comme un grand malheur, une blessure profonde dans la nation de l'Islam et considèrent que ses assassins sont parmi les pires des individus et les plus pervers. Le savant de l'Islam a dit "quant à ceux qui ont tué Houssayne ou ont contribué à son assassinat ou se sont satisfait de cela que la malédiction d'Allah soit sur eux ainsi que celle des anges et tous les gens et Allah n'acceptera de lui ni obligation ni acte surérogatoire. Quant au deuil et aux condoléances que présentent les gens de la sounnah et de la jama3a c'est qu’ils disent: il était durant sa vie louant et il est mort martyr et nous ne disons que ce qui satisfait Allah, nous venons d'Allah et c'est à Lui que retournerons. Ils ne frappent pas pour ce malheur les joues ni ne déchirent leurs vêtements et ne font revivre aucun des us et coutumes de la jahiliya".
Il ya bien des gens qui furent tués avant Houssayne comme Ali ou encore Othman ou Omar qu'Allah les agrée.
Ce que les musulmans doivent comprendre c'est que si les chiites s'attachent à cette innovation et ces pratiques ce n'est que pour deux raisons principales. La première faire revivre la flamme du chiisme chez chacun des leurs et préserver la continuité de leur marche à suivre et leur dogme. Khomeyni a dit "pleurer pour le martyr permet de raviver la flamme de la révolution" ou il dit encore "se rappeler de ce qui les a atteint permet de garder cette religion vivante dans la nation".
Le deuxième objectif c'est nourrir les cœurs de haine et d'armer les âmes contre les assassins de Houssayne. Et selon eux les assassins de Houssayne sont les gens de la sounnah et de la jama3a. Les chiites, appellent donc pendant le jour de Achoura à venger Houssayne de ses assassins. Mais où sont les assassins de Houssayne? Ils sont morts il y a bien longtemps. Ibn Al-3alqami (chiite) qui était ministre du calife abbasside à Baghdad a trahit le calife à son époque et permit aux Tatars d'envahir Baghdad et l'Irak en prétextant vouloir venger Houssayne. IsmaÎl Assafaoui utilisa le sabre en Irak et il fit couler le sang à flots en prétextant vouloir venger Houssayne. Les rafidites continuent à travers toutes les époques de faire couler le sang des gens de la sounnah en prétextant vouloir venger Houssayne. Ce qui s'est passé ces dernières années en Irak et ce qui s'y passe maintenant est une grande preuve de cela. Khomeyni disait "il est un devoir pendant Achoura de se rappeler des malheurs et des injustices que les injustes commettent en toutes époques et en particuliers notre époque qui est l'époque de l'injustice par excellence envers la communauté de l'Islam, les injustes sont l'Amérique, la Russie et les Wahabites".Et évidemment il désignent les gens de la sounnah en parlant des Wahabites.
Les rafidites ont dépassé l'affaire de verser des larmes sur la mort de Houssayne pour arriver jusqu'à marchander avec son sang à des fins politiques. A chaque Achoura leurs maîtres se montrent comme voulant faire croire aux musulmans que ce sont eux ceux qui défendent la communauté, ses territoires et ses lieux sacrés. Et tout le monde sait et l'Histoire atteste qu'ils n'ont jamais été source de gloire et de puissance pour les musulmans. Ils n'ont fait aucune conquête ni libérer aucun peuple. En réalité ils n'ont toujours été qu'un poignard qui poignarde le corps des musulmans, une épine qui est source de division pour les musulmans.
Enfin si la raison et la logique ont droit à la parole alors ils peuvent se demander est-ce que faire revivre Achoura et raviver les âmes des adeptes contre la majorité de la communauté (les gens de la sounnah), est-ce que cela rend service aux prétendues tentative de réunifier la nation islamique dont nous parlent le chiite matin et soir? Est-ce que leurs assemblées de deuil et de lamentations pendant lesquelles ils éduquent leurs adeptes et leur enseigne l'insulte et la haine des meilleurs parmi cette communauté, est-ce que cela contribue à amener un environnement serein entre les différents individus de la communauté ou au contraire cela contribue à réveiller la division.
La division dort, maudit est celui qui la réveille.

 

Affichages : 1550

Horaires de Prières (*)

Horraires du 10/12/2018
Fajr : 07:12
Dohr : 12:45
Asr : 14:25
Maghrib : 16:45
Isha : 18:08
Prière du vendredi : 14h00 (été) / 13H30 (hiver)
(*) Halluin et environs

Faire un don

Don sécurisé via PayPal ©

« Quiconque fait à Allah un prêt sincère, Allah le Lui multiplie, et il aura une généreuse récompense » - Le Coran, Sourate (57) Le Fer, Verset 11