Publication : jeudi 30 décembre 2010

Mosquee Halluin

Sermon du : 2010/12/17

Lieu : Mosquée Tawhid - Halluin

Thème du Sermon : L'émigration prophétique, son importance et ses causes

 

 

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

1ère Partie


O musulmans! Si le devoir (que nous avons) est grandiose, et que la responsabilité et l'objectif sont immenses, par conséquent, il est attendu de nous de redoubler d'efforts, de donner du temps, de l'argent. Pour arriver à cela, il faut accomplir ses obligations, assumer ses responsabilités, certaines personnes seront amenées jusqu'à sacrifier leur propre vie. On peut ajouter à cela la perte des amis, la multiplication des ennemis, devoir faire face à la moquerie, la raillerie, les stratagèmes, la polémique des querelleurs et la rareté des soutiens et des alliés.

Cette situation fut celle du maître de l'humanité Mohammad (). Sa responsabilité et son objectif furent immenses, et il () a supporté pour leur réalisation des devises grandioses. Allah a envoyé à l’humanité le meilleur parmi sa création, après que les gens du livre aient modifié et altéré, et que le monde s'était noyé dans les ténèbres de l'idolâtrie et de l'ignorance.

Allah envoya donc son serviteur Mohammad () à tous les gens. Allah a dit (en s'adressant à son messager) "dis o vous les gens, je suis le messager d'Allah pour vous tous, (Allah) qui a créé les cieux et la terre nulle divinité en dehors de Lui, Il fait vivre et fait mourir, ayez donc foi en Allah et son messager le Prophète illettré, qui croit en Allah et ses paroles, suivez le donc afin que vous soyez guidés".

Le Prophète () a trouvé l'humanité adorant toutes sortes de divinités. Certains adoraient les arbres, d'autres les pierres, d'autres le soleil et la lune, les anges, les djinns, jésus (Aïssa) fils de Maryam, les tombes, les saints. Ils les invoquent en dehors d'Allah et implorent leurs secours, se réfugient auprès d’eux pour mettre un terme à leur malheur, et ils les invoquent pour avoir le bien et leurs intérêts. Ils font d'eux des intermédiaires entre eux et Allah, qui les rapprochent de leur seigneur.

Le Prophète () a trouvé les gens qui se faisaient justice en Allah chez les devins et les sorciers. Ils commettaient les turpitudes et le blâmable, Ils étaient mauvais envers leurs voisins, rompaient leurs liens de parenté, ils amassaient les richesses sans se préoccuper de sa provenance licite ou illicite. Ils ne faisaient aucune différence entre le commerce et les intérêts pécuniaires. Et sur ce paganismes se sont ajoutés des intérêts et se sont entassés des coutumes et traditions, dont il était difficile de se débarrasser.

Et le messager d'Allah est venu pour appeler les gens à attester qu'il n'y a aucune divinité en dehors d'Allah et que Mohammad est le messager d'Allah.

Il les a donc appelé à tout ce qu'implique cette attestation, lui vouer exclusivement nos invocations, nos sacrifices, nos serments, nos demandes de protection, nos demandes de secours, nos tawaf, nos prosternations et toutes autres sortes d'adoration.

Allah a dit "les mosquées sont consacrées à Allah, n'invoquez personne avec lui". Dans un autre verset "dis: Venez, je récite ce que votre seigneur vous a interdit: ne lui associez rien". Dans un autre verset "ce que le messager vous a amené prenez le et ce qu'il vous a interdit arrêtez (de le faire)".

Le Prophète de la clémence est venu. Il a appelé les gens à l’honnêteté, à la pureté, au noble comportement, à la droiture, au renforcement des liens de parenté, ainsi que le bon voisinage. Il appelait les gens à se faire justice en fonction du livre d'Allah et la sounnah de son messager, non pas en se rendant chez les devins et les voyants. Il appelait à acquérir ses richesses du licite et de les dépenser dans les voies du bien. Il a fait des hommes égaux face à la législation divine. Personne n'est mieux que l'autre sauf avec la piété. Allah a dit "dis: mon seigneur n'a interdit que les turpitudes (les grands péchés) tant apparentes que secrètes de même que le péché, l'agression sans droit et le fait d’associer à Allah ce dont Il n'a fait descendre aucune preuve, et de dire sur Allah ce que vous ne savez pas".

Dans un autre verset "certes Allah commande l'équité, la bienfaisance et l'assistance aux proches et il interdit la turpitude, l'acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous rappeliez". Dans un autre verset "Ô hommes! Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle et nous avons fait de vous des nations et des tribus pour que vous vous entreconnaissiez. Le plus noble d'entre vous auprès d'Allah est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur".

Ibn Jarir rapporte que le compagnon Ibn Abbas a dit: "lorsque Abou Talib est tombé malade, des notables de qoraïch sont entrés chez lui, parmi lesquels Aboujahl.

Ils dirent: ton neveu insulte nos divinités, il jette le discrédit sur nos idéaux etc... Sois donc juste entre nous et ton neveu. Qu'il cesse d'insulter nos divinités, et nous le laisserons lui et son dieu. Abou Talid s'adressant donc à Mohammad: O mon neveu! Qu'ont-ils les membres de ton peuple à se plaindre de toi, et prétendent que tu insultes leurs divinités. Il(sw) lui dit: mon oncle! Je ne leur demande de prononcer qu'une seule parole, grâce à laquelle tous les arabes se soumettront à eux, et les non arabes leurs paieront la jizya.

Aboujahl dit: si c'est juste une parole que tu veux nous te la donnerons et dix autres encore! Mohammad () leur dit: dites donc la ilaha illallah (nulle divinité digne d'être adorée en dehors d'Allah)! Ils furent prit de frayeur, reculèrent et secouèrent violemment leurs vêtements et dirent: A-t-il fait de toutes les divinités un seul dieu, c'est vraiment quelque chose d'étrange!" Ils eurent cette réaction parce qu'ils comprirent le sens de cette parole et ce qu'elle implique. Ils comprirent que cette parole donne une nouvelle identité à l'individu en fonction de l'Islam, dans les adorations et le mode de vie. Ce qui le prouve c'est le verset "dis: mes prières, mes rites, ma vie et ma mort sont voués à Allah le seigneur de l'univers, nul associé à Lui et c'est cela qui m'a été commandé et je suis le premier des soumis (à Allah)". C'est le sens de la ilaha illallah qui a repoussé les idolâtres.

Le Prophète () appela tous les gens à ce sens et à cette obligation qui est la plus grande des obligations de toute l'histoire de l'humanité. Il appela à la religion de droiture qui élève l'individu aux degrés les plus hauts sur terre et dans l'au-delà. Ce sont la minorité et les plus faibles qui répondirent au Prophète (). Et les idolâtres lui ont fait goûter toutes sortes de persécutions. Ils s'opposèrent ainsi à l'appel du messager d'Allah (). Il y eut trois catégories de personnes qui firent face au messager d'Allah ().

· La première, ce furent les orgueilleux qui nièrent et pourtant connaissaient la vérité.

· La deuxième, était les jaloux pleins de haine envers le message de l'Islam et le prophète.

· La troisième, les ignorants, égarés et distraits.

Ces trois catégories constituèrent un front brutal et un parti diabolique, qui ne laissait aucun chemin ni aucun moyen pour s'opposer au sentier d'Allah. Dans un verset, Allah : "Ils veulent éteindre la lumière d'Allah avec leur bouche et Allah fait perdurer sa lumière quand bien même cela est détestable pour les mécréants". La peine augmenta donc à La Mecque. Les idolâtres considéraient qu'il fallait tuer le messager d'Allah. Jibril vînt et informa le messager d'Allah, qu'il ne fallait pas qu'il passe la nuit chez lui, et en lui indiquant qu'Allah lui permettait d'émigrer à Médine. Les idolâtres l'attendirent à sa porte pour le frapper tous ensemble d'un seul coup. Le Prophète () sortit tout de même, en lisant les premiers versets de sourate Yassine et en jetant de la terre sur leurs têtes, et Allah voila leur vue afin qu'ils ne le voient pas. Ils se réfugièrent lui et son compagnon Aboubakr Siddik dans la grotte de Thawr pendant trois jours. Les Qoraïch se mirent à les rechercher de toutes parts. Ils suivirent leurs traces qui les amenèrent jusqu'au pied de la grotte.

Aboubakr s'exclama "O messager d'Allah, si l'un d'entre eux baisse le regard ils nous verraient". Il () lui dit "O Aboukar que penses-tu de deux dont leur troisième est Allah". Puis après trois jours, ils rejoignirent leur guide qui les attendait avec leurs deux montures et se dirigèrent vers Médine. Cette émigration du Prophète () fut une victoire pour l'Islam et les musulmans, puisqu'Allah avait fait échouer le stratagème des idolâtres.

Allah a dit "si vous ne lui portez pas secours, Allah l'a déjà secouru lorsque ceux qui avaient mécru l'avaient banni (lui et le) deuxième de deux. Quand ils étaient dans la grotte et qu'il disait à son compagnon: ne t'affliges pas, car Allah est avec nous. Allah fit alors descendre sur lui la sérénité et le soutînt avec des soldats que vous ne voyiez pas, et il abaissa ainsi la parole des mécréants tandis que la parole d'Allah eut le dessus, et Allah est Puisant et Sage".

Le Prophète () a du faire face aux tentatives d'assassinat à plusieurs reprises.

Les historiens disent qu'Aboujahl a dit un jour "je jure par late et al3ouzzah si je vois Mohammad se prosterner devant la Kaaba, je prendrais une pierre pour lui frapper le crâne, alors empêchez moi de le faire ou livrez moi". Ils lui dirent "nous ne te livrerons pas". Il attendit donc le Prophète () qui est venu pour prier, et Aboujahl s'est avancé avec une grosse pierre et les Qoraïch attendaient, mais Aboujahl recula et prit la fuite en ayant les traits du visage changés tout en tremblant. On lui demanda "pourquoi as-tu fuit?"

Il dit "j'ai vu un chameau énorme que je n'ai jamais vu auparavant, il a voulu me dévorer". Le Prophète () dit "c'était Jibril. S'il s'était avancé un peu plus les anges l'auraient prit membres par membres sous les yeux des gens".

Pendant la bataille de Tabouk, les hypocrites ont tenté aussi d'assassiner le messager d'Allah (). Aussi lorsqu'il faisait le tawaf comme 3amir Ibn Toufayl et Foudala. Sous un arbre en retour d'une expédition, un idolâtre tenta également de le tuer. Ou encore dans sa mosquée, par l'émissaire envoyé par Safwane Ibn Oumaya. Lors d’un repas une juive a empoisonnée l'épaule d'une chèvre qu'il venait de manger. A chaque fois, Allah le sauva parce qu'il était parfait dans son unicité et il ne s'en remettait qu'à Lui. "Et celui qui s'en remet à Lui, Il lui suffit". Pendant son émigration vers Mèdine Souraqa Ibn Malik le poursuivit pour le capturer, et ainsi avoir la rançon qui avait était mise en place par les Qoraïch.

Les pattes de son cheval s'enracinèrent dans le sol, et le Prophète () le regarda en lui annonçant la bonne nouvelle de la prochaine expansion de l'Islam. Il () lui dit "comment seras-tu O Souraqa si tu mets les bracelets de Kisrah (l'empereur Perse)?".

Souraqa se convertit à l'Islam et il repartit en disant à ceux qui pourchassaient le Prophète (), j'ai déjà cherché sur ce chemin il n'y a personne, cherchez donc sur d'autres chemins. Plus tard la perse fut libérée, et Omar donna les bracelets de Kisra à Souraqa. Le Prophète () et son compagnon arrivèrent à Mèdine. Ils furent accueillit du meilleur accueil. Tous les gens voulaient avoir l'honneur d'accueillir le Prophète () chez soi. Le Prophète () leur dit " laissez donc ma chamelle (aller et s'arrêter) parce qu'elle a un ordre". C'est-à-dire que cette chamelle sait où elle doit s'arrêter.

Le Prophète () construisit la mosquée qui répandit la lumière dans le monde entier jusqu'au jour dernier. Une nouvelle époque commença. Une époque riche en triomphe et en victoire. L'émigration devînt obligatoire de La Mecque vers Mèdine pendant l'époque du Prophète (), et de tout endroit où le musulman ne pouvait pratiquer normalement sa religion. L'émigration fut donc un acte vertueux et qui était une preuve de mérite. Le Prophète () a dit "l'Islam efface ce qu'il y avait avant ainsi que l'émigration". Celui donc qui se convertit, tout ce qu'il a fait de mal avant cela lui est pardonné. Quant à la Hijrah, l'émigration toutes les fautes commises avant sont aussi effacées. Après la libération de La Mecque, l'émigration (obligatoire) vers Mèdine fut abrogée, mais il reste l'émigration d'un pays où on ne peut pas pratiquer sa religion vers un pays où on est libre de le faire.

Dans le hadith authentique "l'émigration ne prendra fin jusqu'à ce que prenne fin la tawba et la tawba ne prendra fin jusqu'à ce que le soleil se lève à l'ouest".

 

2ème Partie

 

O musulmans! L'émigration vers Médine pendant la prophétie fait partie des miracles. Mèdine était une ville qui ne donnait pas beaucoup de récoltes. Il ne pleuvait pas beaucoup. Le commerce était rare dans cette ville, trop exigüe pour ses résidents. Une émigration vers une ville comme celle qu'on vient de décrire ne pouvait qu'entrainer des problèmes économiques et sociaux. Pourtant C'est l'inverse qui s'est produit. L'émigration a amené à Médine tous le bien que ses habitants attendaient.

Cette émigration fut la cause du bien pour l'Islam et les musulmans. Elle mit à mal tous les stratagèmes contre l'Islam et les musulmans. Les grands comme les petits, les vieux et les plus jeunes, les femmes et les hommes virent le Prophète (). Ils apprirent de lui tout bien. Ils assistèrent à ses assemblées, apprirent ses paroles, assimilèrent sa sounnah et prirent connaissance de son mode de vie chez lui et à l'extérieur. Ce qui les poussait à cela c'était leur amour total pour le messager d'Allah (). Qu'elle fut grandiose cette émigration! Et qu'ils furent nombreux les bienfaits divins pendant cette émigration!

Il est vrai que les difficultés, au début de l'Islam, étaient insistantes, et les gens vivaient dans la difficulté. Abou Hourayra disait, alors qu'il devînt plus tard l'émir de Bahrayne "je tombe entre le minbar du prophète () et la maison de Aïcha puis un bédouin vient pour me mettre son pied sur mon coup, il croyait que j’étais fou et pourtant si je suis tombé ainsi ce n'était qu'à cause de la faim". Boukhari a rapporté selon Abouhourayra qu'on offrit au messager d'Allah () un récipient de lait, et il vit la faim sur mon visage. Le Prophète () dit: O Abouhourayra appelle les gens de Souffa (ce sont les hôtes de l'Islam, ils n'ont ni famille ni richesse). Abouhourayra dit: j'aurais pourtant aimé le boire avec le messager d'Allah tellement j'avais faim mais il fallait que je les invite pour répondre à l'ordre du Prophète (). Je les appelai et il () me dit: abreuve les! Je leur donnai à boire un à un jusqu'à ce qu'ils étanchèrent leur soif, et il ne restait plus que moi et le messager d'Allah (). Il () me dit: bois O Abouhourayra, bois ! Et je bus jusqu'à étancher ma soif.

Puis il me dit une nouvelle fois bois et je bus puis il répéta bois et je dis: par ce lui qui t'a envoyé avec la vérité je n'ai plus (de place) où le mettre. Puis le Prophète () but ce qu'il resta dans le récipient.

Mais toutes ces difficultés, ils les dépassaient avec leur endurance et leur foi au début de la Hijrah. Allah leur ouvrit les pays. Les biens s'amassèrent à Mèdine provenant de toutes parts. Le messager d'Allah () disait à ses compagnons, malgré toutes ces difficultés, "vous êtes aujourd'hui mieux que le jour où on vous amènera pour le repas du milieu de la journée, une assiette de pain et de viande, et le soir une autres assiette et vous mettrez un vêtement le matin et un autre le soir".

O musulman! Si tu n'as pas pu vivre le mérite de la Hijrah du temps du Prophète () sache qu'Allah t'a légiféré une autre Hijrah d'une autre sorte dans laquelle il y a aussi un grand mérite. C'est la Hijrah des péchés. Emigrer ses péchés (les fuir), abandonner les fautes et les vices. Allah a dit "et de ton péché écarte toi". Le Prophète () a dit "le musulman c'est celui dont les (autres) musulmans sont à l'abri de (la nuisance de) ses mains et sa langue, et l'émigrant c'est celui qui émigre (qui s'écarte) de ce qu'Allah a interdit".

Toujours parmi les différentes catégories de la Hijra il y a le fait de s'écarter des égarés, des pervers et des déviants. Allah a dit "patiente face à ce qu'ils disent et écarte toi d'eux de la meilleure manière". Parmi les meilleures sortes de Hijra c'est la Hijrah des cœurs vers Allah, et lui vouant exclusivement ses adorations en public et en secret, en ne recherchant en cela que la satisfaction d'Allah et sa récompense. Dans l'authentique de Mouslim le messager d'Allah () a dit "une adoration pendant les périodes de tentations équivaut à une Hijrah vers moi".

 

 

Affichages : 1318

Horaires de Prières (*)

Horraires du 11/12/2018
Fajr : 07:13
Dohr : 12:46
Asr : 14:25
Maghrib : 16:45
Isha : 18:08
Prière du vendredi : 14h00 (été) / 13H30 (hiver)
(*) Halluin et environs

Faire un don

Don sécurisé via PayPal ©

« Quiconque fait à Allah un prêt sincère, Allah le Lui multiplie, et il aura une généreuse récompense » - Le Coran, Sourate (57) Le Fer, Verset 11