Publication : mardi 9 février 2010

Sermon du : 2009/06/13

Lieu : Mosquée Tawhid - Halluin

Thème du Sermon : Le respect des savants

 

 

 

 

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

 

 

1ère Partie


Nous avons étudié dernièrement les droits que les gens de la maison du prophète (sw) ont sur nous ainsi que des droits que les compagnons ont sur nous. Nous allons aujourd'hui parler et voir les droits des érudits, des savants de notre communauté.
Pour commencer, il est bien entendu évident que nous nous devons de respecter et honorer les gens de science. D'ailleurs l'imam Nawawi a, dans son ouvrage riyad assalihine (le jardin des vertueux), réservé un chapitre à cet égard qu'il a intitulé "le respect des érudits, les honorer, leur donner plus d'importance qu'aux autres et montrer leur préséance".
Le respect des savants fait partie du devoir du musulman. Allah dit "dis: sont-ils équivalents ceux qui connaissent et ceux qui ne connaissent pas?". Bien sûr ils ne sont pas semblables.
Cette importance est donnée plus particulièrement aux savants dans la religion, car "ils sont les héritiers des prophètes, en effet les messagers et prophètes n'ont laissé derrière eux ni dirham ni dinar, ils ont laissé la science et celui qui en hérite aura hérité d'une grande fortune" comme le prophète (sw) l'a dit.
La science c'est la loi d'Allah exalté soit-il. Celui qui accède à une science aura obtenu une part considérable dans l'héritage des prophètes et messagers. Il est donc évident que quelqu'un qui obtient une part de cet héritage prophétique aura droit au respect et à la révérence. Sans aucun doute avoir de la considération pour les savants, c'est finalement avoir de la considération pour la chari3a, la loi divine tout comme offenser les savants ou les humilier c'est offenser la chari3a et l'humilier. C'est pour cela que l'on peut constater que certains Etats parmi les pays musulmans prennent la décision d'éloigner les érudits car en les éloignant ils éloignent la loi de Dieu.
Lorsqu'on met les savants au même niveau que les autres, on rabaisse la loi d'Allah, car tout le monde dirait même les ignorants, « je sais, j'ai la science etc.. ». "Dis: sont-ils équivalents ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?". Cette interrogation coranique nous laisse entendre qu'on ne peut mettre sur un même pied d'égalité les gens de science et les autres.
L'homme de science sait comment il doit pratiquer ses ablutions, comment il doit jeûner, comment il doit s'acquitter de l'aumône, comment il doit pratiquer le pèlerinage, de quelle manière, il doit être respectueux de ses parents, comment il renforcera ses liens de parenté, comment il doit vivre en bonne entente avec son épouse etc...
L'homme de science guide les gens, il les instruit et leur recommande. Allah a dit "celui qui fut mort et que nous avons fait revivre et à qui nous avons donné une lumière pour qu'il puisse s'orienter parmi les gens est-il comme celui qui est dans les ténèbres d'où il n'y a aucun moyen de sortir?".
L'homme de science est une lumière qui guide les autres, tandis que l'ignorant est un fardeau pour les autres il n'est utile ni pour lui ni pour les autres au contraire il est nuisible à soi-même comme il l'est pour les autres.
Parmi ce qui nous montre aussi que l'homme de science est plus important que celui qui n'en a pas ou qui en a moins, il y a le hadith dans lequel le prophète (sw) a dit "Celui qui guide les gens (dans la prière) doit être celui qui connait le mieux le livre d'Allah, s'ils sont dans cette science semblables ce sera celui qui est plus savant dans la sunnah, et s'ils sont semblables dans la science de la sunnah ce sera celui qui a émigré le plus tôt, et s'ils sont semblables dans l'émigration ce sera le plus âgé". Et dans une version "ce sera celui qui s'est convertit le premier". Bien sûre le hadith concerne les situations où il n'y a pas d'imam établit. Ce point est tellement important que certains savants sont allés jusqu'à dire que si quelqu'un s'avance pour guider la prière dans une mosquée où il y a déjà un imam établit, et qu'il le fait sans la permission de cet imam la prière du groupe n'est pas valable.
Dans un hadith toujours pour montrer l'importance de ceux qui ont la science, le messager d'Allah a dit "que soient derrière moi (dans ma prière) les gens pubères et privilégiés puis ceux qui viennent juste après eux puis ceux qui viennent juste après eux". Ce que veut dire ce hadith c'est qui doivent s'attacher en priorité au premier rang lors de la prière ce sont les adultes qui ont un minimum de science et de culture. Et cela afin que si l'imam se trompe ou oublie, ils puissent le corriger, ou s'il en a besoin qu'ils puissent le remplacer pendant la prière. Il n'est pas permis à ces gens de se mettre à l'écart de l'imam ou loin de lui. D'ailleurs dans un hadith, le messager d'Allah (sw) a dit "certaines personnes ne cessent de se mettre à l'écart jusqu'à ce qu'Allah les mettent à l'écart". Il y a d'autres hadith qui nous prouvent que le plus âgé doit être prioritaire dans la guidée de la prière par rapport au plus jeune. Dans les deux authentiques, il nous est rapporté que sahl ibn abi hathmata alanssari سهل ابن أبيحثمة الأنصاري a dit "abdollah ibn sahl عبد الله ابن سهل et mohayyisatou ibn mas3oud محيصة بن مسعود se sont rendus à khaybar (tribu juive qui vivaient près de Médine), ils s'y sont rendus alors que c'était un jour de réconciliation entre les juifs et les musulmans. Ils se sont séparés et chacun a pris son chemin. Plus tard Mohayysatou a trouvé Abdollah ibn sahl par terre, mort et gisant dans son sang.

Il l'a donc enterré puis il est revenu à Médine. Abdorrahman ibn sahl (le frère du tué) s'est rendu chez le prophète (sw) ainsi que mohayyisah et Houwayyisah (les fils de Mas3oud). Abdorrahman a voulu prendre la parole le premier mais le messager d'Allah lui dit "laisse les plus grand d'abord". Ce récit est long et connu. Le prophète (sw) dira à ses compagnons qui sont venus réclamer le sang du tué "Seriez-vous capable de rassembler cinquante personnes qui jureront par Dieu que ce sont bien les juifs qui l'ont tué?" ils diront "non nous ne pouvons pas" puis le messager d'Allah leur dira "c'est donc aux accusés de jurer par Dieu qu'ils ne l'ont pas tué". Les compagnons répondront "mais eux jurent en mentant sans aucun remord".

Le prophète (sw) décidera donc de payer de lui-même la somme correspondant au prix du sang. Ce qui nous intéresse, nous, dans ce récit, c'est que lorsque le plus jeune a voulu prendre la parole le messager d'Allah lui a demandé de laisser d'abord aux personnes plus âgées prendre la parole.


On nous rapporte aussi qu'à la bataille d’Ouhoud, le prophète (sw) enterrait les compagnons par deux, compte tenu des faibles moyens qu'ils disposaient. Ils mettaient en premier dans la tombe celui qui connaissait le plus dans le coran.
Abdallah ibn omar a quant à lui rapporté que le prophète (sw) a dit "je me suis vu en rêve me brossant les dents avec un siwak et deux hommes sont venus à moi, et j'ai donné le siwak au plus jeune des deux et j'ai entendu une voix qui m'a dit donne d'abord au plus grand".
A travers ces hadiths on comprend que lorsqu'on veut donner quelque chose comme de la nourriture ou la boisson, il est recommandé de commencer par les personnes plus âgées même quand ils ne sont pas à la droite de la personne qui sert.
Le messager d'Allah a aussi dit "il fait partie de la vénération d'Allah d'honorer le musulman qui a des cheveux blancs, ainsi que d'honorer celui qui connait le coran tout en évitant l'excès et l'égarement ainsi que d'honorer le chef juste".
Dans un autre hadith "il ne fait pas partie des nôtres celui qui n'est pas clément envers nos plus jeunes et qui ne reconnait pas le respect dû aux personnes plus âgées".
Le compagnon Samourah ibn joundoub سمرة ابن جندب dit "quand j'étais petit, je me rendais chez le messager d'Allah pour apprendre et la seule raison qui m'obligeait à garder le silence c'est que j'étais entouré de personnes plus âgées que moi".
Ce sont là les règles de respect que l'islam exige de ses fidèles.

2ème Partie

Le compagnon Abdollah ibn abbas raconte "3oyaynatou bnou hiçn عيينة بن حصن s'est rendu chez son frère Alhourr ibn qays الحر ابن قيس qui faisait partie des gens rapprochés de Omar car l'assemblée des gens qui entourait Omar était composée de gens instruits et connaissant le livre d'Allah. 3oyaynah a demandé à son frère de profiter de cette proximité qu'il avait de Omar pour lui organiser une entrevue avec lui. Quand il pu le rencontrer il s'adressa à Omar qui était calife en disant "je jure par Dieu o fils de Khattab que tu ne nous donnes que peu et tu ne juge pas avec l'équité". Omar s'est mis en colère et allait le corriger, mais le frère de 3oyaynah (alhourr) a dit "O prince des croyants Allah a dit dans son livre à son messager "Sois pardonneur et ordonne la bienséance et détourne toi des ignorants" et bien sache que mon frère fait partie des ignorants". En entendant cela Omar n'a rien dit, ni fait contre son frère, car Omar était quelqu'un qui s'arrêtait au livre d'Allah". Pour connaître la personnalité de ce 3oyaynah, il faut connaître son histoire. 3oyaynah était avant d'être musulman connu pour son ignorance et sa rudesse. Il s'est convertit le jour de la libération de La Mecque et il a fait partie de ceux qui ont touché une part de la zakat réservé aux faibles de foi pour adoucir leur cœur.

Le prophète (sw) le surnommait "le fou à qui on obéit" car il était le chef de son peuple. Puis après la mort du prophète (sw) un certain Tolayha al assadi طليحة الأسدي prétendait avoir la révélation, 3oyaynah l'a suivit et a apostasié avec lui. Mais quand les musulmans l'ont vaincu Toulayha s'est sauvé mais 3oyaynah a été fait prisonnier. Il a donc été amené au calife abou bakr qui lui a demandé de se repentir, ce qu'il a accepté. Il s'est donc repentit et a vécu après cela droit et c'est dans cette situation là qu'il est venu voir Omar pour se plaindre. Il était connu pour être aussi rude et dur que les bédouins. On remarque bien cela dans sa manière qu'il a de s'adresser à Omar, il lui dit "O fils de Khattab alors que tout le monde le surnommait prince des croyants".
Finalement ce qui nous concerne pour le prêche d'aujourd'hui dans ce récit c'est lorsque Ibn abbas a précisé "l'assemblée des gens qui entourait Omar était composée de gens instruits et qui connaissaient le coran". Omar avait l'habitude de s'entourer de gens instruits pour les consulter qu'ils soient jeunes ou plus âgés car ils avaient la science.

 

l $ r n 0 é du vivant d'Abou Lahab qu'il entrera en enfer, et il est mort mécréant.

 

Il ne s'est même pas convertit de manière mensongère pour contredire le coran.
Nous avons aussi les compagnons du serment d'allégeance le jour du pacte d’Alhoudaybiyah
الحديبية, ils sont mieux que les autres. Ils étaient ce jour là 1400. Allah a dit à leur sujet "Allah a très certainement agréé les croyants quand ils t'ont prêté le serment d'allégeance sous l'arbre, il a su ce qu'il y avait dans leurs coeurs et a fait descendre sur eux la quiétude, et il les a récompensé par une victoire proche".

Il faut ajouter à cela que le prophète (sw) a dit "personne parmi ceux qui ont prêté serment d'allégeance sous l'arbre n'entrera en enfer".
Est-il permis après tout cela qu'un individu qui croit en Allah et au jour dernier puisse se permettre de dénigrer ou rabaisser les compagnons (aa). L'auteur du livre Al3aquida attahawiya
العقيدة الطحاوية a écrit "nous aimons les compagnons du messager d'Allah, mais nous ne les aimons pas plus que la limite, nous ne désavouons aucun des compagnons, nous détestons ceux qui les détestent et qui parlent d'eux en mal, quant à nous, nous ne parlons d'eux qu'en bien, et le fait de les aimer fait partie de la religion, de la foi et de la bienfaisance, et à l'inverse le fait de les détester fait partie de l'hypocrisie, la mécréance et la tyrannie".


2ème Partie

O musulmans la place des compagnons auprès d'Allah est grande, mais malheureusement, il y a un groupe d'individus qui revendiquent l'Islam et qui insultent les compagnons et les maudissent et disent qu'ils étaient des injustes et qu'ils ont apostasié après la mort du prophète (sw).
En réalité le fait d'accuser les compagnons consiste aussi à accuser le prophète (sw), la loi d'Allah et à accuser Allah lui-même. Les compagnons sont ceux qui nous ont transmis cette religion, et les accuser revient à accuser le prophète (sw). D'autre part, le messager d'Allah (sw) nous a fait les éloges des compagnons, et dire le contraire c'est accuser le prophète (sw) de mensonge.
Le véritable objectif de ceux qui insultent les compagnons, c'est de mettre à mal cette religion car ils nous l'ont transmis, donc lorsqu'on met en doute leur loyauté et leurs paroles, c'est qu'on veut mettre à mal l'Islam tout entier.
Ibn abil 3izz
ابن أبي العزّ a dit "qui pourrait être plus égaré que celui qui a dans son cœur de la rancoeur envers les meilleurs croyants et les maîtres des pieux (les compagnons)? Les juifs et les chrétiens les ont dépassé d'une vertu.

Puisque lorsqu'on demande aux juifs qui sont les meilleurs de votre nation, ils disent ce sont les compagnons de Moussa (Moïse), et quand on demande aux chrétiens, ils disent ce sont les apôtres de Jésus. Et quand on demande aux négateurs (les chiites) qui sont les plus mauvais de votre communauté, ils répondent ce sont les compagnons de Mohammad (sw)".
Quelle religion que celle-ci qui consisterait à insulter les compagnons du prophète (sw). Nous désavouons et remettons en cause ces pratiques des chiites. Nous affirmons qu'aimer les compagnons est un pilier et une obligation. Nos coeurs alhamdolillah sont pleins d'amour pour les compagnons (aa) qui ont combattu aux côtés du prophète (sw) et qui nous ont transmis cette religion.

Affichages : 1617

Horaires de Prières (*)

Horraires du 10/12/2018
Fajr : 07:12
Dohr : 12:45
Asr : 14:25
Maghrib : 16:45
Isha : 18:08
Prière du vendredi : 14h00 (été) / 13H30 (hiver)
(*) Halluin et environs

Faire un don

Don sécurisé via PayPal ©

« Quiconque fait à Allah un prêt sincère, Allah le Lui multiplie, et il aura une généreuse récompense » - Le Coran, Sourate (57) Le Fer, Verset 11