Publication : mardi 9 février 2010

Sermon du : 2009/05/29

Lieu : Mosquée Tawhid - Halluin

Thème du Sermon : La maison du messager d'Allah

 

 

 

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

1ère Partie

Nous avons dernièrement parlé de la relation qu'il y a entre l'amour et la foi. Nous avons indiqué que celui que le croyant aime plus que tout, c'est son seigneur Allah. Il aime également le messager d'Allah (sw), qui a d'ailleurs dit à ce sujet "nul d'entre vous ne sera véritablement croyant que lorsqu'il m'aimera plus qu'il n'aime ses parents, ses enfants, les gens et sa propre personne".
Lorsque nous parlons de l'amour ici il nous faut absolument préciser et rappeler que le croyant doit aimer la famille du messager d'Allah (en arabe le terme qui les indique c'est alou bayti rassoulillah آل بيت رسول الله les gens de la maison du prophète). Il fait en effet partie des bases des gens de la sounnah et de la jama3a d'aimer la famille du messager d'Allah (sw).
On les aime pour deux raisons, tout d'abord leur foi et ensuite leur lien de parenté avec le messager d'Allah (sw). Il faut savoir qu'il y a deux sortes de personnes qui ont un lien de parenté avec le prophète. Il y en a qui sont mécréants et d'autres qui sont croyants. Ceux d'entre eux qui sont mécréants malgré leur lien de parenté ne sont pas considérés comme des gens qui font parties de la famille du messager d'Allah (sw). Cela on le comprend d'autant plus quand on revoit le récit du prophète Noé avec son fils. Noé demanda à Allah de sauver son fils d'épargner son fils du déluge en disant "O seigneur mon fils fait partie des gens de ma famille et ta promesse (de sauver les gens de ma famille) est vérité", mais son fils n'était pas croyant, alors Allah lui dit "il ne fait pas partie des gens de ta famille" cela parce qu'il n'était pas musulman.
C'est pour cela que nous par exemple nous n'aimons pas Abou Lahab quand bien même il était l'oncle du messager d'Allah. Nous le détestons pour sa mécréance et pour la haine qu'il éprouvait envers le messager d'Allah (sw).
Nous devons donc respecter le droit des gens de la famille du prophète (sw) en les aimants. Notre prophète Mohammad nous a laissé cette recommandation, il nous a dit "je vous rappelle le droit que les gens de ma famille ont sur vous et je prends votre engagement pour leur respect". Le messager d'Allah (sw) nous a donc enjoints de faire preuve de respect envers ses proches parents. L'imam Mouslim a rapporté dans son recueil de hadiths authentiques que Yazid ibn Hiyan يزيد ابن حيان a dit "je me suis rendu avec Houçayn ibn sabra (حصين ابن صبرة) et Omar ibn mouslim (عمر ابن مسلم) chez Zayd ibn arqam (زيد ابن أرقم) et nous lui avons dit: tu as vu toi Zayd beaucoup de biens tu as vu le messager d'Allah, tu as entendu ses paroles, tu as combattu à ses côtés et tu as prié derrière lui, tu as vraiment vécu beaucoup de biens, parle nous donc de ce que tu as entendu du prophète (sw). Il (Zayd) nous a dit: sache o fils de mon frère que je suis à un âge avancé et j'ai beaucoup vécu, j'ai donc oublié beaucoup de paroles que j'avais jadis entendu du messager d'Allah, ce que je vais donc vous rapporté du prophète (sw) acceptez le et ne demandez pas ce que je serais incapable de vous rapporter. Ensuite il (Zayd) nous a dit: un jour alors que nous étions avec le messager d'Allah à un point d'eau entre Médine et la Mecque il s'est levé devant nous et s'est adressé à nous et après avoir louer Allah, fait ses éloges il nous a dit "O gens je ne suis en réalité qu'un homme et bientôt le messager de dieu (l'ange de la mort) viendra à moi et je lui répondrai et je laisse auprès de vous deux responsabilités lourdes, la première c'est livre d'Allah qui contient la lumière et la guidée, attachez-vous donc au livre d'Allah, et la deuxième ce sont les gens de ma famille, respectez les". Houçayn lui demanda: qui sont les gens de sa famille, ce sont ses femmes n'est-ce pas Zayd? Zayd répondit: ses épouses font partie des gens de sa famille mais il y a aussi tout ceux qui ont été privé de l'aumône légale après la mort du prophète. Qui sont-ils demanda Houçayne. Il dit: ce sont la famille de Ali, la famille de Ja3far, la famille de 3aqil عقيل et la famille de 3abbas".
Al boukhari a rapporté d'aprés Ibn Omar qu'il a entendu Aboubakr dire "respectez le prophète (sw) en respectant ses proches". Dans l'authentique de Mouslim Ibn abbas a demandé au messager de Dieu de pouvoir avoir droit à l'aumône légale et le messager d'Allah lui répondit "les aumônes légales sont en réalité les résidus de ce que les gens possèdent, il n'est permis ni à Mohammad ni à sa famille d'accepter cet argent". Mais en échange la famille du prophète (sw) a droit à une part dans les richesses de l'Etat. Ils ont des privilèges que d'autres n'ont pas. Un jour ibn abbas s'est plaint auprès du messager d'Allah en disant "certains individu parmi les qoraych dénigrent les Béni Hachim (c'est à dire la tribu à laquelle appartenait le prophète (sw)" Le messager d'Allah lui dit "par Dieu ils n'auront la foi que lorsqu'ils vous aimeront pour Allah et pour votre lien de parenté avec moi". Cette parole nous prouve que le fait de dénigrer ou rabaisser ou détester les proches du messager d'Allah existait même au temps du prophète (sw). Et cela est évident car la jalousie est quelque chose de répandu qui touche beaucoup de gens sauf ceux qu'Allah a préservés. Il est rapporté dans l'authentique de Mouslim que le prophète (sw) a dit "Allah a établit (c'est-à-dire qu'il les a favorisé par rapports aux autres) les enfants d'Isamïl et il a établit parmi eux la lignée des kinana et parmi les Kinana il a établit le peuple de Qoarych et parmi les qoraych il a établit la tribu des Béni Hachim et il m'a établit moi (le messager de Dieu) parmi les Béni hachim". Cela est une preuve que les Béni Hachim sont favorisés et privilégiés par le prophète (sw).

Nous les gens de la sounnah et la jama3a nous aimons la famille du prophète (sw) et sans aucun doute ses épouses font parties de sa famille comme l'a indiqué le compagnon Zayd dans le hadith cité précédemment.

A ce propos le coran nous dit "O femmes du prophète vous n'êtes comparables à aucune autre femme. Si vous êtes pieuses ne soyez pas trop complaisantes dans votre langage afin que celui dont le cœur est malade ne vous convoite pas, et tenez un langage décent. Restez dans vos foyers et ne vous exhibez pas à la manière des femmes avant l'Islam. Accomplissez la salat, acquittez vous de la zakat et obéissez à Allah et son messager. Allah ne veut que vous débarrasser de toute souillure, ô gens de la maison du prophète et Il veut vous purifier pleinement".

Ces versets nous indiquent de manière explicite que les épouses du prophète font parties de sa famille contrairement à ce que prétendent les chiites. Allah nous dit dans un autre verset "Le prophète doit être prioritaire auprès des croyants sur leur propre personne, et ses épouses ce sont les mères des croyants".

A travers ce verset nous comprenons que chaque croyant se doit de respecter les épouses du prophète, car elles sont comme leur mère mais ils doivent aussi les défendre et les protéger contre tout mal et nous devons croire fermement et sincèrement qu'elles sont les meilleures épouses que cette terre a pu connaître. Quant à celui qui prétend que Aïcha n'est pas une mère pour les croyants, celui-là il n'est pas croyant. Qu'il est étonnant de voir ou d'entendre les chiites insulter Aïcha alors que le prophète (sw) la préférait parmi toutes ses épouses. Al Boukhari nous rapporte qu'on a dit un jour au prophète (sw) "O messager d'Allah qui aimes-tu le plus?" il répondit "c'est Aïcha" on lui demanda alors "et parmi les hommes qui aimes-tu le plus?" il répondit "c'est son père (abou bakr)". Et dans un autre hadith rapporté dans les deux authentiques que le prophète (sw) a dit "il y beaucoup d'hommes qui ont atteint (le grand degré de) piété mais chez les femmes, il n'y en a que quelques unes qui l'ont atteint: Assia la femme de Pharaon, Maryam la fille de Imrane et Khadija la fille de khouwaylid (qui était la première épouse du prophète) quant à Aïcha sa distinction par rapport aux autres femmes c'est comme la distinction du tharid ثريد par rapport au reste de la nourriture". (Le tahrid c'est un plat qui est fait avec de la patte fine qu'on coupe en tranche et qu'on mélange avec de la sauce et au dessus on met de la viande c'est une comparaison qui est faite de cette manière parce que c'était le met préféré au temps du messager d'Allah). Ici, les savants ont divergé sur la distinction à faire entre Khadija et Aïcha. Certains érudits ont dit que c'était Aïcha qui était mieux, d'autres ont affirmé le contraire, d'autres ont conclut qu'elles sont semblables et d'autres ont pratiqué le tawaqqouf توقف (littéralement ce terme veut dire l'arrêt). Les juristes quand ils pratiquent le tawaqqouf cela veut dire qu'ils disent qu'on ne peut pas avancer de conclusion sur la question. En tout cas ce que l'on peut dire c'est que chacune d'elle a sa distinction dans des domaines bien précis. Khadija par exemple a été la première personne à croire au messager d'Allah et elle a aidé financièrement et moralement le prophète (sw), quand il était seul et rejeté de la majorité. Quant à Aïcha elle a appris la sounnah du messager d'Allah et elle l'a transmise aux générations après la mort du prophète (sw).

Ces gens qui détestent Aïcha et qui l'insultent alors que le messager d'Allah l'aimait tant, comment peuvent-ils prétendre après cela qu'ils aiment le messager d'Allah et sa famille. Cela n'est qu’un tissu de mensonges.
Notre devoir à nous musulmans, c'est d'aimer le prophète (sw), ses proches et ses épouses. D'ailleurs parmi les principes de la foi des gens de la sounnah et de la jama3a c'est de croire fermement et sincèrement que les épouses du prophète (sw) sur terre seront également ses épouses dans l'au-delà. Le coran nous informe à ce sujet que les anges invoquent Allah en demandant que ceux qui entreront au paradis Allah fasse rentrer avec leurs épouses.

2ème partie

Concernant la maison du prophète (sw) il y a deux extrêmes et deux abus dans lesquels certains individus sont tombés.
Il y a les chiites négateurs qui prétendent que les gens de la famille du prophète (sw) sont infaillibles et que leurs paroles seraient comme les paroles du saint coran et qu'Allah s'adresse directement à eux comme il l'a fait avec les messagers et les prophètes. Ces gens ont abusé dans leur amour à un tel point qu'ils les ont divinisés et ils les considèrent quelque fois mieux que le messager d'Allah (sw) lui-même. En arabe les chiites sont nommés les رافضة rafidah (littéralement ceux qui refusent et renient) ils ont été appelé ainsi parce qu'ils ont refusé l'imamat de Zayd fils de ali fils de Houssayn fils de Ali ibn abi talib. Cet homme Zayd était un des grands imams des musulmans et un des imams de la famille du prophète (sw). Les chiites de l'époque sont venus voir cet imam et lui ont demandé de désavouer les compagnons Abou bakr et Omar. Mais au contraire il fit leur éloge et il dit "ils étaient les ministres de mon grand-père le messager d'Allah" les chiites l'ont alors réfuté et nié et ils ont refusé de lui prêter serment d'allégeance. C'est pour cela qu'on les appelle les Rawafid, les négateurs.

Les chiites ont en effet inventé une règle dans laquelle ils prétendent qu'on ne peut aimer Ali qu'en détestant et en désavouant Abou bakr et Omar, à l'inverse pour eux, si l'on aime Abou bakr et Omar alors automatiquement c'est qu'on déteste Ali. Cela ressemble étrangement à la règle établit au lendemain des évènements du 11 Septembre, il disait "ou bien avec moi ou bien contre moi". Donc chez les chiites on ne peut aimer en même temps Abou bakr, Omar et Ali alors que chez les gens de la sounnah et de la jama3, on doit aimer à la fois Ali et Aboubakr et Omar. Les chiites prétendent cela comme si Ali était l'ennemi de Abou Bakr et Omar alors qu'il nous a été rapporté de manière fréquente que Ali et cela en particulier lorsqu'il était calife il faisait les éloges de Omar et d'Aboubakr. Il n'y avait donc aucune haine entre eux, certes il y a avait certains point de vue entre eux qui divergeaient mais en aucun cas ils ne se sont désavoués, ils se sont toujours prêtés serment d'allégeance pendant les califats des uns et des autres. D'ailleurs, les chiites n'existaient pas à l'époque c'est un groupe qui s'est créé par la suite. Ce groupe est apparu à force que certains éléments tentent d'injecter des fausses croyances chez les musulmans en particuliers chez les perses qui été récemment convertit. Les perses dans leur religion post islamique avaient des fausses divinités qu'ils considéraient comme des intermédiaires à Dieu, ils ont donc par la suite et avec les efforts de ceux qui injectaient de fausses croyances finit par considérer que les gens de la famille du prophète (sw) avaient la même place que leurs anciennes divinités de l’époque.

Il y a d'autre part un autre groupe d'individus qui ont répondu à l'innovation par l'innovation. Ce sont les nawasib نواصب qui répondu à l'excès par l'excès. Ils ont dit puisque les chiites aiment tant la famille du prophète (sw), nous allons les détester. On sait que le fait de répondre à l'innovation par l'innovation ne fait que donner de l'élan à la première innovation. C'est exactement comparable à l'apparition de la secte des mou3tazila معتزلة qui disaient que celui qui commettait un grand péché sera éternellement en enfer.

Pour leur répondre une autre secte est apparu c'est celle des mourjia مرجئة qui eux à l'inverse ont dit tant qu'on a la foi on peut commettre tous les péchés qu'on veut cela ne diminue en rien la foi. La vérité restera toujours le juste milieu. Et louange à Allah c'est les gens de la sounnah et de la jama3A qui sont le juste milieu entre tous les excès. Ils sont le juste milieu entre les chiites et les nawassib.
Les gens de la sounnah et de la jama3a aiment les gens de la famille du prophète (sw) mais d'un amour qui ne dépasse pas la limite qui a été fixé par Allah et son messager. Les gens de la sounnah et de la jama3a désavouent les chiites qui détestent les compagnons du prophète (sw) tout comme ils désavouent les nawassib qui nuisent à la famille du prophète (sw).

la mor a s 0 cette vie parce qu'il l'utilise pour donner à Allah son droit et il aime la mort parce qu’elle lui fait rencontrer son Seigneur. Dans un hadith le prophète (sw) a dit "celui qui aime rencontrer Allah, Allah aime le rencontrer et celui qui déteste rencontrer Allah, Allah déteste le rencontrer". Le prophète (sw) quand on lui a demandé de choisir entre rester sur terre ou rencontrer Dieu, il a choisit la rencontre de Dieu. Le calife Ali quand il a été poignardé mortellement par abdollahi ibn mouljam, il a dit "je jure par Dieu que j'ai atteint le succès". Le compagnon Bilal quand il agonisait et vivait ses derniers instants sa femme se lamenta en ces termes "quelle est grande ma peine! Qu’il est grand mon malheur!" Bilel lui dit "plutôt quelle est grande ma gaieté, quelle est grande ma joie! Demain je rencontrerai les biens aimés Mohammad et son groupe". Et lorsque les idolâtres prirent le compagnon خبيب ابن زيد Khoubayb ibn Zayd et s'occupèrent de le crucifier, il faisait des rimes et répétait des paroles dans lesquelles, il disait entre autres : "je n'ai aucun mal à me faire tuer musulman..."

 

2ème Partie



Le fruit le plus minime que l'amour laisse dans le cœur du croyant, c'est que ce cœur soit épargné des rancœurs, de la jalousie et de la haine.
Le croyant est saint et pur dans son cœur, il ne jalouse point. En Effet, la jalousie est un vice dangereux comme le prophète (sw) l'a expliqué. Il a le même impact sur les cœurs que les épidémies. C'est à la fois une maladie morale et une maladie physique. La jalousie éprouve l'être humain dans sa chaire et change les traits de son visage. Un sage disait
"la jalousie est tellement équitable qu’elle s'occupe d'abord de tuer le jaloux".

Le croyant ne jalouse point, car il se satisfait du décret divin. C'est pour cela que certains ont été jusqu'à dire que le jaloux est apostat, car s'il est jaloux c'est qu'il n'accepte pas les décrets divins et de ce qu'Allah donne. Quant au croyant, il ne s'attriste pas quand l'autre est réjouit et il ne se réjouit point quand l'autre s'attriste. Il dit plutôt ce que le prophète (sw) lui a enseigné, il (sw) disait "O mon dieu chaque jour que je me réveille et que je sois comblé d'un privilège ou qu'un de tes serviteurs le soit, cela vient exclusivement de toi nul associé à toi, et à toi les louanges et les remerciements". Le croyant ne s'attache pas aux futilités qui peuvent le conduire à la jalousie, mais il s'attache aux véritables grands événements, à ce qui a vraiment de l'importance, c'est le monde de l'au-delà. Al Boukhari rapporte que le messager d'Allah a dit "il n'y a pas de jalousie à éprouver sauf pour deux choses, un homme à qui Allah a donné des richesses qu'il dépense dans le sentier de Dieu, et un homme à qui Allah a donné une sagesse qu'il enseigne aux autres". Al Hassan disait "O fils d'Adam pourquoi tu éprouves de la jalousie envers ton frère, si c'est une personne des gens du bien pourquoi tu jalouses quelqu'un qu'Allah honore et récompense, et s'il ne fait pas partie des gens de bien, comment peux-tu jalouser quelqu'un qui fait parties des gens de l'enfer?". Mohammad ibn Sirine disait quant à lui "je n'ai jamais éprouvé de la jalousie envers quelqu'un pour les choses de la vie d'ici-bas, s'il fait partie des gens du paradis comment pourrais-je le jalouser pour la vie d'ici-bas qui est insignifiante pour Allah. Et s'il fait partie des gens de l'enfer comment pourrais je le jalouser alors qu'il est voué au châtiment de l'enfer?"
Le musulman n'éprouve ni jalousie ni haine, son cœur est vide de ces mauvais ressentiments. Le musulman ne déteste pas, car il est pardonneur et il est clément. Il contient sa colère. Le croyant pardonne alors qu'il a raison et qu'il est victime d'une injustice. Le musulman ne se distrait pas avec les discordes futiles, les basses disputes car la vie n'est pas assez longue pour qu'on la remplisse de ce genre de futilités. Il y a des gens qui se fatiguent toute leur vie à se disputer, à détester etc et il passe toute la vie ainsi jusqu'à ce qu'il soit surpris par la mort.
Dans un hadith le prophète (sw) dit
"les actions de chaque individu sont exposées tous les lundis et jeudis et Allah pardonne à tous ceux qui n'associent point à Allah sauf celui qui a entre lui et son frère une rancœur, Allah dit  «  faites attendre ces deux là jusqu'à ce qu'ils se réconcilient".
Les mauvais ressentiments tels que la haine ou la jalousie sont voulus et amenés par le diable.
Le prophète (sw) fut clair lorsqu’il nous dit
"vous n'aurez la foi que lorsque vous vous aimerez...".

 

Affichages : 1390

Horaires de Prières (*)

Horraires du 10/12/2018
Fajr : 07:12
Dohr : 12:45
Asr : 14:25
Maghrib : 16:45
Isha : 18:08
Prière du vendredi : 14h00 (été) / 13H30 (hiver)
(*) Halluin et environs

Faire un don

Don sécurisé via PayPal ©

« Quiconque fait à Allah un prêt sincère, Allah le Lui multiplie, et il aura une généreuse récompense » - Le Coran, Sourate (57) Le Fer, Verset 11