Publication : mardi 2 février 2010

Sermon du : 2008/02/01

Lieu : Mosquée Tawhid - Halluin

Thème du Sermon : Le rôle de la mosquée

 

 

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.


 

1ère partie

 


Nous avons dit que la mosquée est une institution islamique, qui se distingue des autres. En particulier, parce qu'elle a de nombreux objectifs. En effet c'est à la mosquée que nous apprenons à vivre, c'est à la mosquée, nous apprenons les comportements à avoir en société et en groupe. C’est également,  à la mosquée que nous apprenons à vivre avec son voisin, mais c’est aussi là, où nous apprenons à respecter les hommes de science, ou encore c’est le lieu, où nous apprenons  les méthodes à avoir pour l'organisation.

A la mosquée, nous faisons la prière en groupe, qui est mieux que la prière individuelle de 27 degrés...

La mosquée est le lieu qui regroupe les différentes adorations. C'est en même temps, l'académie du savoir et de la connaissance, puisqu'en effet dans les siècles passés, la mosquée était aussi considérée comme une université populaire, qui ouvrait ses portes en toutes saisons.


On y apprenait les bases des croyances, les obligations dans les adorations, les meilleures vertus et comportements... On y faisait des cercles d'apprentissages, desquelles ressortaient la tranquillité et la sérénité... Les mosquées furent des universités et même des académies comme celle de alqaraouiyine à Fès, ou celle de zaytoune en Tunisie ou encore l'université d'al Azhar en Egypte. La mosquée était une université ouverte aux hommes et aux femmes. La mosquée n'a jamais été interdite à la femme, comme certains musulmans ont  pu le faire dans les temps contemporains.


La mosquée du prophète (sw) était pour les hommes et les femmes. Les hommes priaient devant et les femmes étaient derrière, et il n'y avait pas de barrière entre eux, et ils avaient la même porte d'entrée, mais par la suite le prophète (sw) remarqua l'afflux des croyants et des croyantes par la même porte, alors il suggéra de laisser cette porte strictement aux femmes, et ce fut le cas. D'ailleurs cette porte existe toujours à la mosquée du prophète (sw) à Médine, sur laquelle est inscrite « bab anissa » : la porte des femmes.


Le prophète (sw) a mis en garde ceux qui se permettraient d'interdire aux femmes d'aller à la mosquée, en disant: "n'interdisez pas aux servantes d'Allah de se rendre à la mosquée". La mosquée est semblable à un congrès des musulmans. Elle est un congrès hebdomadaire, concernant la prière du vendredi. Il faisait partie de la politique des anciens, quand ils bâtissaient une ville, ils construisaient en même temps une grande mosquée afin de réunir les fidèles de la ville, le jour du vendredi. Le prophète (sw) a bâtit la mosquée en fonction des musulmans de son temps, ensuite au fur et à mesure que la population se multipliait, ses successeurs l'agrandissaient.


Il ne faisait pas partie de la politique des musulmans qui nous ont précédé, de construire de petites mosquées en les encombrant de décorations, ou encore de fioritures, mais au contraire ils construisaient de vastes mosquées, qui pouvaient contenir des milliers de fidèles.

C'est pour cela qu'en arabe on les appelle "jami3", qui à l'origine veut dire "le lieu qui regroupe". C'est pour cela que les juristes musulmans, ont décrété qu'il ne fallait pas prier la prière du vendredi dans les différentes mosquées de la ville, que lorsque la mosquée jami’ est pleine. Aujourd’hui, dans la plupart des pays musulmans, les mosquées de la ville sont pleines à un tel point, qu'on prie dans les rues.

Pourquoi ? Parce qu'elles sont trop petites, et cela ne fait pas partie des objectifs de notre religion, qui cherchent toujours à regrouper, à rassembler, et surtout à unir.

J'ai lu dans un livre qu'il y a quelques années, il y a eu une vague évangéliste en Egypte qui a échoué, et un évangéliste disait: "l'Islam aura toujours cette ampleur tant qu'elle possédera quatre bases qui sont: le coran, l'université de al Azhar, le rassemblement du vendredi et celui du pèlerinage".

Par ailleurs, la mosquée est aussi un parlement pour la communauté.

Dès qu'une calamité touchait la communauté, les fidèles se rassemblaient à la mosquée, se consultant les uns les autres pour remédier aux problèmes de la communauté.

La mosquée était le lieu de rencontre entre les gouvernants et le peuple.

Plus encore, c'était les gouvernants qui guidaient dans la prière.

Il n'y a pas de séparation entre notre religion et l'Etat, il n'y a pas dans notre religion des hommes qui sont fait pour les affaires de la vie d'ici bas et d'autres qui sont faits pour la religion. Quand Abou bakr devint le premier calife de l'islam les gens le choisirent, parce que le prophète (sw) le choisit avant sa mort afin qu'il le remplace dans la prière.

D'ailleurs Omar dit à ce sujet: "le prophète était satisfait d'Abou bakr pour la religion, quant à nous, ne serions-nous pas satisfaits de lui, pour les affaires de la vie d'ici-bas".

Au cour de son discours d'investiture Abou bakr dit: "j'ai été désigné pour vous diriger, et je ne suis pas le meilleur d'entre vous, quand je fais bien, aidez-moi, et quand je me trompes, corrigez-moi, le plus fort parmi vous, est en réalité pour moi le plus faible jusqu'à ce que je lui prenne ce qu'il doit, et le plus faible parmi vous, est en réalité le plus fort pour moi jusqu'à ce je lui remette son du. Obéissez-moi tant que j'obéis à Allah et son messager, et si je lui désobéis, vous n'avez pas à m'obéir".

Voila ce qu'on appelait un discours d'investiture devant un parlement, sauf que ce discours fut prononcé dans la mosquée devant les parlementaires, qui n'étaient nul autre que les fidèles pieux. A la mosquée, nous apprenons toutes choses, jusqu'à l'organisation et l'obéissance. C'est ainsi que la mosquée nous enseigne la science et la pratique, la purification corporelle et spirituelle, la compréhension et la distinction de la méthode et l'objectif.

On nous y inculque l'importance de l'éducation, avant celle de l'enseignement, de l'importance de la pratique avant la théorie... La mosquée du prophète (sw) est considéré comme la première école de prédication islamique, qui a ouvert ses porte à toutes les origines arabes ou pas, noirs ou non, aux riches comme aux pauvres, aux gens de tout âge... mais également aux femmes, qui pendant un temps, étaient considérées comme des êtres inférieur.


Ici nous comprenons que la mosquée n'est pas un couvent reculé, dans lequel se retirent des gens qui n'ont aucun lien avec leur société. Les hommes que forme la mosquée sont des hommes d'action, qui savent ne pas négliger le rappel de Dieu et son adoration. C'est ainsi qu’étaient les compagnons du prophéte (sw).

 

2ème partie


Parmi les principes de base que nous apprenons à la mosquée: la fraternité, l'égalité et la liberté. Ces principes de l'humanité, qu'utilisent certains aujourd'hui, les musulmans en furent les précurseurs. Ils étaient les premiers à revendiquer ces principes, et surtout ils furent les premiers à les mettre en pratique.

La liberté, c'est un principe qui prend tout son sens à la mosquée, lorsqu'on pratique sa prière, car celui qui pratique sa prière est réellement conscient, qu'il ne craint personne en dehors d'Allah. D'ailleurs Allah dit: " les mosquées appartiennent à Allah, n'invoquez donc personne en dehors de Lui ». Les libertés d'opinions, de pensés prennent également tout leur sens durant la prière, puisqu'en pleine prière quand l'imam guide les fidèles, ils sont incités à le corriger.

La fraternité: à la mosquée les musulmans se rencontrent 5 fois par jour, ils se rangent les uns à coté des autres, ils font connaissance, ils se lient d'amitié et s'inquiètent les uns des autres. Ils sont tous derrière un seul homme, qui les guide dans la prière, ils invoquent un seul dieu, ils lisent le même livre, qui est le coran, et ils ont la même direction, La Mecque.

Et quel meilleur symbole pour la fraternité, que la mosquée du prophète à Médine (sw), qui regroupa des gens d'origines et d'horizons différents, tel que le compagnon souhayb qui était romain ou salmane qui était perse, ou encore bilal qui était éthyopien, il y a avait aussi des arabes de tribus totalement différentes.

L'égalité: Quel meilleur exemple d'égalité que les rangs de prières dans la mosquée.

Le grand se trouve à coté du petit, le riche à coté du pauvre, le savant à coté de l'ignorant et l'analphabète, aucune différence entre eux. Voici la véritable égalité, elle se trouve à la mosquée, et voici la mosquée et son message, à nous de le réaliser.

 

 

 

 

 

 

 

 

Affichages : 2115

Horaires de Prières (*)

Horraires du 11/12/2018
Fajr : 07:13
Dohr : 12:46
Asr : 14:25
Maghrib : 16:45
Isha : 18:08
Prière du vendredi : 14h00 (été) / 13H30 (hiver)
(*) Halluin et environs

Faire un don

Don sécurisé via PayPal ©

« Quiconque fait à Allah un prêt sincère, Allah le Lui multiplie, et il aura une généreuse récompense » - Le Coran, Sourate (57) Le Fer, Verset 11