Publication : vendredi 28 avril 2017

 

Mosquee Halluin

Sermon du : 2017/04/28

Lieu : Mosquée Tawhid - Halluin

Thème du Sermon :  Les dangers de la langue (la médisance et le colportage)

 

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

O musulmans !

Parmi les désastres de la langue et ses dangers nos trouvons la médisance et le colportage.

Qu'est-ce-que la médisance ?

 La médisance a été définie par le messager d'Allah (saws) de la meilleure et de la plus claire des définitions lorsqu'il a dit :

"Savez-vous ce qu'est la médisance?". Ils répondirent : "Allah et son messager savent mieux". il dit alors: "c'est dire quelque chose à propos de ton frère qu'il déteste". On lui demanda : "et si ce que je dis à propos de mon frère est vrai?" Il (saws) expliqua : "si ce que tu dis à son sujet est vrai tu l'as médit et si ce n'est pas vrai alors c'est que tu l'as calomnié".

Dire un mensonge à propos de son frère c'est de la médisance et en même temps de la calomnie. Alors que la médisance c'est mentionner son prochain en son absence de ce qu'il n'aime pas qu'on mentionne à son sujet quand bien même cela est véridique. Il n'est pas présent et toi tu parles de lui en mal. Tout ce qu'il déteste qu'on dise à son sujet en son absence c'est ça la médisance. Et cela englobe tout ce que l'individu déteste qu'on dise à son sujet comme les défauts physiques du style : le boiteux, le borgne, le grand, le petit etc... Les défauts moraux tels que : le radin, l'avare, il ne tient pas ses engagements etc... Les défauts religieux tels que : l'innovateur, l'hypocrite, il ne prie pas avec le groupe, il ne fait pas ceci ou cela etc... Si tu dis ça c'est que tu le critiques en son absence et c'est cela la médisance. L'imam Qortobi a donné une définition à la médisance en disant : "la médisance c'est  mentionner le défaut en l'absence (du concerné)".

 Par contre, quelqu'un qui critique et dénigre en la présence de l'individu cela n'est pas de la médisance mais ce sera de l'insolence ou de la vulgarité ou tout ce qui y ressemble. La médisance englobe tout ce qui fait référence aux reproches, au dénigrement ou au fait de rabaisser, et que cela se fasse par la langue, la grimace, les signes ou la plume. La plume c'est la deuxième langue comme on a l'habitude d'entendre.

La médisance est un des grands péché selon le Coran, la Sounnah et le consensus de la communauté parce qu'elle est une nuisance et un tort, une injustice et transgression, parce que c'est aussi un moyen de rabaisser la création d'Allah, c'est se mêler de ce qui ne nous regarde pas et parler dans le faux.

Le Prophète (saws) dit :"celui cause du tort Allah lui causera du tort et celui qui s'oppose (injustement aux autres) Allah s'opposera à lui".

Le Coran interdit la médisance de manière claire et qui ne laisse aucun doute tout en montrant son infamie en lui donnant une comparaison infecte et dégoûtante. Allah a donc dit :

(ne pratiquez point la médisance les uns envers les autres. L'un d'entre vous aimerait-il dévorer la chaire de son frère mort, cela vous serait détestable)

 Est-ce que quelqu’un pourrait se permettre de dévorer la chaire de son frère qui n'est plus qu'un cadavre en décomposition? Non pourtant en le médisant c'est ce qu'il fait. Abou Daoud a rapporté avec une chaîne de transmission authentique selon Anas Ibn Malik que le messager d'Allah (saws) a dit :

"Lorsque j'ai été élevé au ciel (lors du voyage nocturne) je suis passé à côté de gens qui avaient des ongles en cuivre avec lesquels ils s'écorchent le visage et le torse. J'ai alors interrogé Jibril: qui sont-ils? Il dit: ce sont ceux qui dévorent la chaire des gens et nuisent à leur honneur".

Il fait référence à ceux qui pratiquent la médisance. L'honneur du musulman ainsi que son sang et ses biens sont sacrés. Il n'est pas permis de les profaner ni de les violer. Dans l'authentique de Mouslim le Prophète (saws) a dit :"Tout le musulman est pour le musulman sacré, son sang, ses biens et son honneur".

 Dans les deux authentiques il est rapporté que le Prophète (saws) a dit lors du pèlerinage d'adieu:"votre sang, vos biens et votre honneur sont sacrés comme ce jour-ci est sacré pour vous en ce mois sacré pour vous et en cette cité sacré pour vous, n'ai-j pas transmis?".

O vous les croyants !

Il est connu que la médisance est une des branches qui fait tomber dans la violation de la dignité et de l'honneur. Le Prophète (saws) appelle ces gens qui sont tombés dans ce péché en ces termes :

 "O vous qui avez cru avec vos langues sans que la foi n'entre dans vos cœurs ! Ne médisez point au sujet des musulmans et ne recherchez point leurs défauts car celui qui recherche les défauts de son frère Allah recherche les siens, et celui à qui Allah recherche ses défauts Allah l'humiliera quand bien même ce serait au sein de son foyer".  Ce hadith fait référence à la fois à l'interdiction de la médisance et au fait que ceux qui commettent ce péché sont atteints d'hypocrisie.

O musulmans !

 La médisance devient plus ou moins horrible et infâme en fonction de la personne qui la subit.

Plus cette personne est pieuse, plus sa foi est grande et plus la médisance à son sujet sera grave et mauvaise. Il n'y a pas de doutes que médire au sujet des gens de science et de mérite n'est pas comme médire au sujet des gens qui ont moins de science et de mérite. Médire au sujet de l'homme de science c'est d'abord lui causer du tort personnellement de la même façon que lorsqu'on médit n'importe quelle autre personne. Mais c'est aussi un tort causé à tout ce qu'il transporte et transmet de la science et la législation (religieuse). Médire à son sujet conduit à le rabaisser aux yeux des gens et s'il est rabaissé aux yeux des gens, ils n'acceptent plus sa parole et ils ne s'en remettent plus à lui dans leurs questions et affaires religieuses. Et tout ce qu'il dira comme vérité sera aux yeux des gens douteux. Médire à son sujet est donc sans aucun doute un crime commis contre la législation d'Allah.

 L'imam Ibn Assakir (rh) a dit :"sache mon frère, qu'Allah m'accorde et t'accorde son agrément et  nous permette de faire partie de ceux qui le craignent comme il se doit. Sache que la chaire des savants est empoisonnée et que la tradition d'Allah de divulguer les défauts de ceux qui rabaissent les savants est sûre car les rabaisser c'est rabaisser la science, le Coran et le message qu'ils transmettent. Et sache que ceux qui utilisent leur langue pour critiquer les savants, Allah les éprouvera avant leur mort par la mort de leur cœur".

 Dans un hadith le Prophète (saws) a dit :

"celui qui est hostile à un de mes alliés je lui déclare la guerre" .

L'imam Shafi3i a dit :"si les savants ne sont pas les alliés d'Allah sur terre alors Allah n'a aucun allié sur terre". 

Abdollah Ibnal Moubarak disait : "celui qui n'estime pas les savants comme il se doit, son au-delà est perdu".

 L'imam Zouhri rapporte de Almoussayib (qu'Allah leur fasse miséricorde) a dit :

"il n'est d'homme honorable ni d'homme de science ni de pouvoir sans qu'il ait des défauts mais il existe des gens dont on ne mentionne pas les défauts. Celui qui a plus de mérite que de défauts on offre ses défauts à son mérite".

O musulmans !

 Parmi la gravité de la médisance il y a le fait qu'elle anéantit les bonnes œuvres et elle dévore les récompenses, les hassanates. Cela, à un tel point que quelqu'un a dit :"si je devais médire au sujet d'un autre je médirais à propos de mon père et de ma mère car parmi les gens ce sont ceux qui méritent le plus mes hassanates".

 On raconte qu'on dit un jour à Alhassan Al bassri : "untel a médit à ton sujet". Hassan Al bassri lui offra une assiette de dattes en lui disant : "on m'a dit que tu m'as offert tes hassanates qui me seront très utiles le jour du jugement dernier et moi je t'offre ce cadeau  qui te sera utile ici-bas. (Je t'offre cette assiette parce que) le messager d'Allah (saws) a dit "celui qui vous fait un bien récompensez-le" ".

 Le musulman qui tient à ses hassanates doit éviter la médisance, il doit retenir sa langue et il doit savoir que toute parole qu'il prononcera en médisant quelqu'un n'est qu'un moyen d'effacer ses péchés et d'augmenter les hassanates de celui qu'on médit".

 Dans l'authentique de Mouslim le Messager d'Allah (saws) a dit :

 "savez-vous qui est le ruiné?" ils dirent "le ruiné pour nous c'est celui n'a ni dirham ni bien". Le Prophète (saws) leur dit alors : "le ruiné de ma communauté c'est celui viendra au jour du jugement dernier en ayant pratiqué des prières, le jeûne et des aumônes mais il aura insulté untel, accusé à tort untel, dilapidé les richesses d'untel, fait couler le sang d'untel et frappé untel. Il s'arrêtera et il paiera untel (pour son tort causé) en hassantes et untel en hassanates et s'il n'a plus de hassanates avant d'avoir payer (pour tous ses torts) il se chargera de leurs fautes puis sera jeté en enfer".

2ème Partie

O musulmans !

 Nous avons parlé de la médisance et à présent nous allons parler du colportage. Le colportage est plus grave encore que la médisance car la médisance peut être autorisée dans certains cas comme il a été rapporté par les savants.

Elle est par exemple permise :
-  lorsqu'un individu se rend auprès du juge pour demander son droit et qu'il va lui dire "untel a été injuste envers moi".

- Pour repousser le blâmable. Quelqu'un va dire "untel commet tel acte blâmable" mais il le dit pour expliquer qu'il faut que cet acte cesse.

- Lorsqu'on pose une question religieuse et qu'on a besoin de parler de quelqu'un pour expliquer au savant la situation pour laquelle on pose la question.

- Quand on veut mettre en garde les musulmans contre un mal ou leur recommander le bien.

- Lorsqu'on veut mettre en évidence qu'untel n'est pas digne de confiance dans le témoignage ou dans la transmission de hadiths.

- Pour recommander à quelqu'un qui te consulte dans l'alliance avec untel, ou être associé avec untel ou pour être son voisin ou pour  n'importe quelle autre transaction de la vie. Dans ces cas il ne faut pas se taire il faut mettre en évidence les défauts qui peuvent causer du tort mais uniquement dans l'intention de recommander.

-Si quelqu'un veut se marier et qu'il te demande "que sais-tu à propos d'untel?" ou s'il veut ouvrir un commerce avec lui etc... Dans ces cas il faut mentionner les défauts pour la recommandation.

- Lorsque l'individu montre au grand jour sa perversité ou son innovation. Celui qui affiche sa consommation de l'alcool ou la pratique des jeux de hasard ou la pratique de n'importe quel autre péché. Il est permis de parler d'eux pour mettre en garde car ils pratiquent le péché en l'affichant et en le revendiquant.

 Il est rapporté que lorsqu'un homme a demandé la permission d'entrer chez le Prophète (saws) il a dit : "quel mauvais compagnon il fait!" ou dans un autre hadith "untel et untel ne connaissent rien dans notre religion".

 Et lorsque Fatima Bint Qayss  après son divorce fut demandée en mariage par deux hommes, Abou Jahm et Mou3awiya Ibn Abi Soufiyane, elle consulta le Prophète (saws) qui lui dit :

 "Quant à Mou3awiyah c'est un vagabond qui n'a pas de richesses et quant à Abou Jahm il ne pose jamais son bâton sur son épaulé (il bat ses femmes)". 

Donc le Prophète (saws) a mis en évidence leurs défauts parce qu'elle est venue le consulter.

 Bref la médisance est interdite mais elle peut être permise pour un intérêt avéré qui est au-dessus du mal de la médisance. Quant au colportage aucun savant ne l'a autorisé quelle que soit la situation.

 Mais qu'est-ce que le colportage?

Le colportage c'est rapporter les paroles des uns sur les autres de façon à altérer leur relation. Il colporte telle parole à propos d'untel pour que l'amour entre ces deux personnes cesse et que leur relation soit rompue.

 L'imam ADDhahabi, dans son ouvrage intitulé les grands péchés, a dit :

 "les preuves du Coran et de la Sounnah sont nombreuses pour interdire le colportage".

Alhafidh Ibn Hajar a, quant à lui, dit : "le colportage est interdit à cause de ce qu'il contient de mauvais et tout ce qu'il implique comme tort".

Malheureusement certains veulent absolument voir les gens entre eux divisés. Ils aiment voir des familles divisées et éparpillées. Ils aiment voir des frères séparés. Ils aiment prononcer des paroles qui ont pour conséquences la division de ceux qui s'aiment. Allah a blâmé l'épouse d'Abou lahab en disant :

  (quant à son épouse la porteuse de bois)

Ce qui est largement répandu chez les exégètes c'est qu'elle avait l'habitude de transporter des branches épineuses et de les poser sur le chemin que le Prophète (saws) empruntait pour lui faire mal. Mais certains exégètes comme Moujahid ou Qatadah ont dit qu'elle a été surnommé par le Coran "la porteuse de bois" parce qu'elle avait l'habitude de colporter les paroles des gens entre eux pour altérer leurs relations. Le colportage brûle les relations qu'il y a entre les gens. Elle est donc comme le feu elle brûle tout ce qu'elle trouve.

 Allah nous a interdit d'obéir au colporteur lorsqu'il vient à nous pour nous colporter une parole. Allah a dit :

(et n'obéis à aucun grand jureur méprisable, grand diffamateur, grand colporteur de médisance)

 Le colportage est une des causes des supplices de la tombe. Il est rapporté dans les deux authentiques que le Messager d'Allah (saws) a dit en passant à côté de deux tombes :"ils sont châtiés et ils ne sont pas châtié à cause de quelque chose de grand. L'un d'entre eux ne se nettoyait pas de son urine. Et l'autre il allait et venait entre les gens en colportant".

 Le Prophète (saws) a informé que : « le colporteur « nammam » n'entrera pas au paradis ».

Dans les deux recueils authentiques, Hammam ibn  harithi a dit : « Nous étions assis dans la mosquée avec Houdheyfa et un homme est arrivé pour s'asseoir avec nous. On dit alors à Houdeyfa : « cet homme rapporte tous ce qu'il entend au sultan ! » Houdheyfa dit alors (avec l'intention que l'homme entende ses paroles) : « le messager d'Allah (saws) a dit :

« Ne rentrera pas au paradis le colporteur « qattate » ! » et dans une autre version il a dit :

« Ne rentrera pas au paradis le colporteur « nammame » !

Habituellement pour désigner le colporteur on utilise en arabe le terme nammame نمام ,  par contre dans l'autre version citée du hadith, le Prophète (saws) a utilise le terme qattate قتات. Ces deux termes désignent le colporteur mais il y a tout de même une différence en arabe. Le nammame نمام c'est celui qui entend lui-même une parole à propos d'un autre et il va la rapporter, il est présent dans l'assemblée puis il colporte alors que le qattate قتات  est encore pire, il n'est pas présent dans l'assemblée mais il espionne et ceux qui prononcent la parole ne savent pas qu'il est présent, puis il va colporter ces paroles.

Si vient à toi un colporteur tu dois lui faire ses reproches. Un homme s'est rendu auprès d’Omar Ibn Abdelaziz qu'Allah lui fasse miséricorde et il lui a mentionné les paroles mauvaises prononcées par un homme à son sujet. Omar lui dit :"O toi si tu veux on étudiera ton cas. Si tu as menti tu fais partie de ceux à propos de qui Allah a dit :

(O vous qui avez la foi si un pervers vous apporte une information voyez bien clair)

et si tu dis vrai alors tu fais partie de ceux à propos de qui Allah dit :

(grand diffamateur, grand colporteur de médisance)

 Ou si tu veux on te pardonne". L'homme dit alors "pardonne moi O prince des croyants je ne recommencerais plus".

C'est aussi pour cela que Hassan disait :"celui qui colporte vers toi c'est qu'il colporte aussi contre toi, prend donc garde contre lui" !

Un poète disait : 

écarte toi du colportage et éloigne toi de lui,

 le colportage annule toute la récompense.

Le frère du colportage amène tout le mal,

et il divulgue à tous tout secret.

 Il se tue lui-même et les autres injustement,

le colportage ne fait parti des actes vertueux 

 

Affichages : 379

Horaires de Prières (*)

Horraires du 15/12/2017
Fajr : 07:16
Dohr : 12:48
Asr : 14:26
Maghrib : 16:45
Isha : 18:09
Prière du vendredi : 14h00 (été) / 13H30 (hiver)
(*) Halluin et environs

Faire un don

Don sécurisé via PayPal ©

« Quiconque fait à Allah un prêt sincère, Allah le Lui multiplie, et il aura une généreuse récompense » - Le Coran, Sourate (57) Le Fer, Verset 11